Lettre aux futurs parents

Lettre aux futurs parents.
Toi qui va devenir Mère.
Toi qui va devenir Père.

“L’enfant est la partie la plus importante de l’adulte.”
                                                    Maria Montessori

 
Afin d’éviter toutes projections inconscientes sur nos futurs descendants, il est important que chacun, avant de s’engager dans le rôle de Parents, fasse d’abord un travail sur lui-même, une préparation intérieure indispensable.

Comment ? En s’étudiant lui-même, afin d’arriver à supprimer chez lui ses blessures, les vieux schémas de pensées qu’il a lui-même reçu de la société, de son enfance, qui feraient obstacles à l’enfant et son épanouissement.

Et pour découvrir, entendre une souffrance bien souvent mise en sourdine, il lui faut une aide extérieure. Il faut que quelqu’un lui indique ce qu’il doit voir en lui.

Devenir un initié, et permettre ainsi de s’effacer pour laisser émerger la liberté d’Être de ses propres enfants.

Les déviances psychiques qui sont comme des rameaux d’une plante vigoureuse qui prennent toujours naissance, dans la même racine profonde. : L’éducation que nous avons reçue.

Au fil du temps, de nos expériences et de nos âges cette éducation que nous avons reçue, enfance ou/et société, nous nous apprêtons à la transmettre à nos propres enfants.

Toutes ces valeurs que nos parents, notre généalogie ou la société nous ont transmises dans le « bien faire » peuvent très vite si nous n’y prenons pas garde tourner au cauchemar pour nous-mêmes, nos proches et fait encore plus grave, lorsque l’enfant paraît.

Le bien est en réalité un mal masqué, un mal organisé qui est une solution inconsciente à de graves conflits. Personne ne veut le mal, tout le monde veut le bien, mais ce que l’on veut en réalité est un mal.

Chacun voit les choses ainsi de par la force de la suggestion qui vient de l’environnement, qui est moralement uniforme. Il s’est donc créé dans la société une organisation du mal qui prend la forme du bien et qui est imposée par l’environnement à l’humanité entière par la suggestion.

L’uniformisation est un obstacle à la beauté de chaque Être, à sa créativité, à son intelligence du cœur, à qui, il est, vraiment.

Voici quelques unes de ces déviations, car elles sont infinies : les fuites, les barrières, l’attachement, la possession, le pouvoir, le complexe d’infériorité, la peur, le mensonge, le chantage affectif….

Lorsque que l’on sait, et Maria Montessori nous le démontre avec une justesse implacable, qu’un enfant à un esprit absorbant ; c’est-à-dire qu’il est une vraie éponge face à son environnement, la responsabilité de l’adulte en charge de ses enfants est colossale.

Le travail sur soi guide notre âme à faire tomber les masques, pour ne plus se fuir.

Se fuir c’est se sauver. C’est se réfugier et souvent, se soustraire à une tyrannie ; ou bien c’est une défense subconsciente du Moi qui fuit une souffrance et un danger, et qui se cache derrière un masque.

Permettre à l’âme de l’enfant de se dépouiller de ses camouflages et se montrer naturelle et sincère. C’est lui donner, la possibilité de penser par lui-même, le sens de la réalité. (Tous ces jouets en plastiques reflètent-ils la réalité ?) La liberté de l’esprit et l’intérêt pour les choses élevées forment l’ambiance apte à construire une âme sincère.

Je suis dans le développement personnel depuis plus de 20 ans, et je découvre encore et encore, des choses merveilleuses que l’être humain est capable de vivre, créer mais aussi casser, détruire. Je reçois beaucoup d’adultes en consultations, qui arrivent en miette, brisés, ne sachant plus qui, ils sont, ne pouvant que constater que leur vie n’a pas de sens.

Tout se joue avant l’âge de 6 ans, et même dans les deux premiers mois de la vie. Je rajouterai, dans la vie intra-utérine, aussi.

Il est donc indispensable que l’adulte fasse preuve d’humilité, de bienveillance envers lui-même, d’amour et d’estime de soi. Il n’est jamais trop tard pour effectuer ce voyage intérieur.

Pour cela, l’authenticité. Ne pas chercher à être parfait. Accepter son imperfection. Être dans le non jugement. Être posé dans ses gestes et sa voix. Précis. Savoir se mettre en retrait. Être à l’écoute de lui-même pour être à l’écoute de l’enfant. Etre ordonné et équilibré à l’intérieur de lui même, pour que l’ordre et l’équilibre s’installe chez l’enfant.

Chaque chose est à sa place et doit le rester, (les enfants ne supportent pas que l’on déplace les objets.) même lorsque certaines personnes donnent l’impression de vivre dans un « désordre organisé ».

Se présentant ainsi, au monde, dépouillé de ses préjugés relatifs à l’enfant sans se préoccuper des autres, que l’adulte s’est formé sur sa propre vie. Il pourra permettre à l’enfant de ne pas devenir un combattant face aux adultes et à la société.

Un enfant est de par sa nature un Maître de l’enseignement du pardon. Sa nature profonde pardonne et pardonne encore les répressions de l’adulte.

Le travail sur soi prépare l’adulte à découvrir son propre Maître intérieur. Il pourra à son tour repérer ce maître intérieur chez l’enfant, comme un programme éducatif qui ne se trompe jamais.

 

L’adulte préparé va nourrir le corps et l’esprit de l’enfant comme une nébuleuse qui donnera naissance à une étoile.