Ce que la vie m’a appris

L’expérience du  Bonheur c’est la bonne heure, c’est vivre en conscience maintenant.

Partager mon bonheur, le trésor inestimable que la vie m’a appris et fusionner avec l’Univers, avec vous est ma façon d’être au monde. J’ai un chemin de vie qui me permet de vivre beaucoup d’expériences. Je ne peux enseigner que ce que je suis venue apprendre. Ces trésors  sont en moi comme en vous, ils ne m’appartiennent pas.

J’ai expérimenté la maladie avec des pathologies lourdes, à travers ma famille pour apprécier mon corps en pleine santé, et apprendre à faire du tri dans l’héritage reçu, élever ma famille et non la subir.

J’ai expérimenté la dépendance financière, pour apprécier l’autonomie. Le sans le sou : le vide, plus de travail, plus d’argent, plus de voiture, plus d’amour tout juste un toit pour dormir pour apprécier chaque centime reçu et apprendre à vivre au jour le jour, maintenant.

J’ai expérimenté le froid, pas de chauffage dans mon logis pour remercier chaque jour de dormir au chaud.

J’ai expérimenté la dépendance affective, la maltraitance, la violence humaine, verbale et énergétique pour apprendre à me préserver, à me détacher de relations toxiques. Et  vivre la bienveillance avec moi-même et les autres.

J’ai expérimenté le sans amour des autres, le rejet pour apprécier l’amour de moi-même, et offrir à mon tour ce qu’il y a de meilleur, de plus sacré en moi, rayonner  et prendre ma place.

J’ai expérimenté la séparation l’abandon, pour percevoir que je suis reliée avec le tout. Beaucoup d’anges terrestres jalonnent  ma traversée du fleuve de la vie,  d’une rive à l’autre.

Peu importe l’âge où je vis ces expériences, elles  sont nécessaires pour aller à la rencontre de moi-même et des autres. Afin de dévoiler chaque jour, chaque minute, chaque seconde que le temps est un leurre. Que ce que je vis maintenant ne pourra être vécu demain et qu’il n’appartient pas à hier.  Que j’ai le pouvoir de tout arrêter, maintenant.

J’expérimente le pardon à moi-même et je prends conscience du rôle que je joue dans ma propre souffrance. J’apprends à ne pas créer de la souffrance supplémentaire par la rancœur, la haine, la violence sous toutes ses formes, par la domination de mes propres peurs, qui ne sont que le reflet de ma propre soumission à l’autre, et donc ma victimisation pleine et entière.

Je ne suis victime que de moi-même. Il m’appartient d’être mon propre sauveur,  de n’autoriser ni mes enfants,  ma famille ou toute autre personne à être mon bourreau.

En quittant ce rôle je trouve la porte de sortie qui me libère de toute captivité de l’esprit. Ce cercle infernal des répétitions et du temps. Je reprends  la puissance de mon intention. Ma volonté de m’autoriser l’opulence matérielle, spirituelle et affective et ainsi m’honorer, honorer mes anciens, mes ancêtres mes ascendants qui ont fait le choix de m’accueillir, honorer ma descendance, honorer le monde, honorer le Divin en moi, t’honorer, toi qui me lis.

J’apprends en cet instant présent à m’aimer les uns pour les autres.

Hommage à la vie

En me promenant près chez moi dans la forêt, je suis arrivée devant un spectacle de désolation. Cette forêt est entourée de terres agricoles et en cette période hivernale, le sol venait d’être fraîchement labouré.

Des entailles énormes forment les sillons pour le prochain ensemencement. Cette Terre labourée avec autant de profondeur ne sera plus fertile dans quelques années. Les défenseurs de la Nature comme Claude et Lydia Bourguignon tous deux Médecins du sol, le crient haut et fort de puis très longtemps.

La façon dont les sols sont entaillés est à l’image que l’Homme a de la femme. La femme est à la terre ce que la terre est à l’homme. Sans elle l’humanité se meurt.

L’utérus est le berceau de l’humanité, tout être humain est né d’une femme et de la semence d’un homme. Elle est sa terre. Elle va le nourrir et le faire grandir en elle durant 9 mois.
Avons-nous oublié cela ?

La terre, quand à elle, ensemencer à son tour par les mains de l’Homme va le nourrir et le voir grandir en son sein.
Avons-nous oublié cela ?

Une terre entaillée dans ses profondeurs, dans sa chair, est à l’image d’une femme maltraitée, violentée , elles ne seront plus fertiles au fil du temps, et l’extinction de l’être humain sera inévitable, ainsi que toute la biodiversité. La Terre reste vivante parce qu’elle accueille, aussi la biodiversité. Détruire cette biodiversité c’est détruire la vie.

Aimer, respecter la femme c’est aimer la Terre et la respecter. Tout homme qui détruit la terre de quelques manières que ce soit ne peut prétendre aimer la femme. Tout comme toute femme qui détruit la terre ne peut prétendre s’aimer elle-même, cela va de soit.

Que nous soyons un homme ou une femme, nous portons au plus profond de nous les traumatismes, les traces de nos peurs, souffrances collectives, individuelles et transgénérationnelles. La Terre qui nous porte en son sein est notre miroir.

Apprenons à écouter notre terre. Apprenons à écouter ce que nos corps ont à nous raconter. Apprenons à aimer la vie qui nous a été donné, apprenons à nous aimer les uns pour les autres afin d’aimer celles et ceux qui nous ont donné naissance et qui nourrissent nos corps et nos âmes… apprenons mais cessons de répéter les mêmes schémas.

L’année universelle 1 nous invite à faire le choix entre répéter encore et encore, ou après avoir appris la leçon, démarrer cette nouvelle année 2017, sur des engagements vis-à-vis de soi, des autres, du monde, et s’y tenir. Pour enfin vivre et ne plus subir.

Notre responsabilité est de prendre conscience du rôle que nous avons joué dans notre propre souffrance.

Alors je vous invite à prendre quelques instants pour vous connecter à ce qu’il a de plus sacré en vous, à cet espace où le divin réside et prononcer ce qui suit, même un murmure est entendu par tout l’univers.

« A toi ma Terre qui est précieuse (près des cieux)

Pardon ma Terre de t’avoir ignorée depuis si longtemps, d’avoir oublié que tu étais ma source de vie. De t’avoir m’éprisé, abusé, bafoué, Sali. D’avoir ensemencer la vie sur un champ de bataille, projetant sur toi mes guerres intérieures et mes colères. D’avoir vomi mes rancœurs. D’avoir oublié que toi ma terre, ma mère tu étais capable de prendre mes souffrances pour les transmuter en lumière dans ton cœur et de me pardonner. Je me pardonne de toutes mes inconsciences, je me pardonne de m’être éloigné du sans vie. Je m’incline devant toi ma Terre, et je te rends hommage à toi la Vie. »

Je vous souhaite une année 2017 pleine, riche, fertile et féconde de toutes ces graines d’amour que vous « s’aime-rez » et qui germeront au moment opportun sur votre Terre.

 

Code du Bonheur en couple

L’être humain a visiblement besoin de règles, de lois, de repères, pour apprendre à vivre ensemble. Le code civil a été créé.

Il me plaît de partager avec vous ma vision du code du Bonheur. Cette vision m’est inspirée par la Source d’où sont issus tous les êtres, qui au travers de mes propres expériences m’a permis d’apprendre à contempler le monde, de vous regarder : aimer, vivre. De me percevoir, de m’aimer à travers le regard de mon Compagnon, de l’aimer… Je ne peux enseigner que ce que je suis venue apprendre.

Le bonheur, c’est la bonne heure, et la bonne heure c’est le présent, c’est être présent pour soi, pour l’autre. Offrez vous des présents, offrez vous d’être présent pour vous-même et pour l’autre, pour chaque instant que vous vivez. Offrez votre présence au monde.

Tout le monde cherche et court après le bonheur à deux, le bonheur d’être vivant, le bonheur de vivre ensemble. Notre âme a besoin d’amour pour agir.

Dans les moments les plus intimes que nous nous offrons, nous ne « faisons » pas l’amour, car nous le sommes déjà. Le faire n’a pas sa place, nous ne pouvons qu’être Amour, tout simplement.

L’amour que nous sommes est bien souvent malmené, par nos vies quotidiennes. Le fameux « boulot métro dodo », peut si nous n’y prenons pas garde, éloigner deux êtres qui ont pris l’engagement de parcourir  un bout de chemin ensemble.

Si tel est le cas, alors  le temps est venu, de reprendre la voie du beau, du grand, du noble, de s’offrir et d’offrir le plus beau des présents :

Vivre l’amour que nous sommes.

Le code civil régit les droits et règles qui déterminent le statut des personnes, celui des biens et des relations entre les personnes privées. Ses lois sont proposées, puis votées par le mental humain. Dans notre société actuelle, elles sont indispensables pour le bien vivre ensemble.  Si elles ne sont pas respectées, une sanction sera de mise… Telle est la loi des Hommes.

Le code du Bonheur régit les lois de l’intelligence du cœur. Voté par la source originelle, en laissant le libre arbitre à chacun d’appliquer ou pas ces lois. Rien ne peut être mécanique, tout est régi par le cœur. Il n’y a pas de limites.

Chaque jour des nouvelles lois sont inspirées par la Source, qui sont propres à chacun et chacune suivant le moment présent. Tout est possible dans l’univers de l’impossible.

Les conséquences de nos choix, et l’accueil que l’on réservera à tous ces présents envoyés par la Source, seront les présents que l’on s’offrira et offrira au monde.

CODE DU BONHEUR

Article 1er : Etre délié pour s’allier

L’alliance entre deux êtres  ne peut se faire qu’à condition que chacun soit délié de son père, de sa mère ou d’un précédent amour, pour s’allier.

Article 2 : Etre capable de s’engager

C’est choisir. Choisir c’est renoncer aux autres. C’est avoir une autonomie affective suffisante pour ne pas dépendre de l’autre. C’est rester fidèle à soi pour être fidèle à l’autre.

Article 3 : Se projeter dans l’avenir

Se poser la question : est-ce que je me vois vivre avec cette personne ? Etre la mère ou le père de nos enfants ?

Article 4 : Respecter le besoin d’intimité de chacun

Le besoin d’espace, d’intimité personnelle, de liberté, doit être respecté. Et en même temps partager le plus de choses possibles ensemble. Cohabiter c’est vivre ensemble tout en respectant le territoire de chacun.  C’est avoir un lieu pour se rencontrer soi, pour aller à la rencontre de l’autre. Rencontrer le meilleur de soi, pour rencontrer le meilleur de l’autre.

Article 5 : Besoin d’alternance dans le positionnement des décisions à prendre pour le couple. Chaque décision prise pour le couple doit être gérée par l’un ou l’autre en alternance, ou ensemble lorsqu’ils sont en accord sur le sujet. La relation  dominant/dominé n’a pas sa place dans le présent d’être ensemble.

Article 6 : la qualité de la relation – Nourrir la relation.

PAR LE REGARD.

Prendre le temps chaque jour de se regarder dans les yeux, où siègent les âmes.

Dans les moments les plus intimes, regarder sa compagne ou compagnon dans les yeux. Lire le plaisir qu’il ou elle vit à travers ses yeux, ou à travers son corps. Avoir les yeux grands ouverts permet de se voir aussi à travers l’autre. De s’aimer soi pour aimer l’autre.

Les yeux sont faits pour voir alors ouvrez les !

PAR LE TOUCHER

Une caresse, des mains qui se tiennent, juste pour dire à l’autre « je suis là » avec toi. S’accorder du temps pour être dans les bras l’un de l’autre. Commencer la journée dans les bras l’un de l’autre permet de se relier avec soi, avec l’autre. De se souvenir que l’on est Amour, ouvrir son cœur à soi et à l’autre permet de vivre la journée en conscience, et telle la montagne, immuable, rien ne pourra nous ébranler.

Il n’est pas souhaitable dès que le réveil sonne de se lever d’un bond (la douche, un café, un bisou, vite fait et partir pour une longue journée de travail…) Tout comme au retour à la maison où la personne préoccupée par la journée passée ne prend pas le temps de se poser. Seule pour aller à la rencontre d’elle-même, ou à deux pour se rencontrer et entamer une soirée ressourçante, aimante.

Les mains sont faites pour caresser, alors donnez et recevez !

PAR LA PAROLE

Besoin de se dire avec ses propres mots. Parlez pour être écouté, écouter pour laisser l’autre parler.

Etre à l’écoute de soi, de l’autre et exprimer ses ressenti est indispensable pour se dire et se découvrir.  Découvrir son corps, découvrir le corps de l’autre. Découvrir qui elle ou il est.

Susurrer des mots tendres, des mots doux à l’oreille permettent immanquablement d’ouvrir comme une fleur en plein épanouissement, le corps humain. Ce véhicule que notre âme a choisi.

La voix est faite pour s’exprimer, alors communiquez entre vous ! Ne laissez pas un ressenti non exprimé créer une frustration, un non-dit, un mal-être.

Si des blocages peuvent apparaître, et ils sont nombreux pour beaucoup d’entre nous, alors il est souhaitable de se faire aider, de vivre ce voyage intérieur sous forme de thérapie avec un professionnel du mieux-être.

Besoin d’être valorisé

 Aujourd’hui, par nos moyens de communication, il nous est facile de rester en contact avec le monde extérieur, avec notre entourage. Profitez de ces moyens de communication mis à votre disposition pour rester en contact : un petit SMS dans la journée est un petit plus pour la personne aimée. Et puis les petits mots que l’on glisse dans un endroit où l’être aimé les trouvera au moment opportun. Des mots bienveillants bien sûr positifs, qui vont continuer de confirmer notre désir d’être ensemble !

Car s’il y a plus de négatif que de positif,  la relation sera maltraitée et les sentiments ne passeront plus.

Et pour ceux qui savent pratiquer la télépathie, ressentez la vibration de l’être aimé pour lui envoyer des formes pensées agréables.

Utilisez tous les moyens de communication pour rester en contact !

Passez du temps ensemble.

Des sorties, des escapades,  pas forcément tous les week-ends mais régulièrement, cimenteront les fondations d’une relation durable.

Article 7 : Besoin de rêver

Même si l’on vit quelque chose de douloureux, des malentendus, des conflits aujourd’hui, s’autoriser à penser que demain sera meilleur.

Article  8 : L’inspiration de ce code du bonheur ne m’appartient pas, d’autres peuvent aussi l’écrire et le partager en même temps que moi.

La source nous inspire à chaque instant, en différents endroit de la terre et simultanément.

Par conséquent si vous êtes inspirés à compléter la liste des articles de lois divines, du code du Bonheur, partagez, transmettez-les car ils nous viennent de la Source d’où nous sommes tous issus.

Christ’ine. Coach d’éveil à la vie. Auteure. Conférencière.