Une déesse est une femme qui émerge d’elle-même.

Une déesse est une femme qui émerge d’elle-même. C’est une femme qui a honnêtement exploré ses ténèbres et appris à célébrer sa lumière. C’est une femme capable de tomber amoureuse des magnifiques possibilités qu’elle offre en elle. C’est une femme qui connaît la magie et les endroits mystérieux à l’intérieur d’elle, les lieux sacrés qui peuvent nourrir son âme et la rendre entière.

C’est une femme qui rayonne de lumière. Elle est magnétique. Elle entre dans une pièce, et mâle et femelle ressentent sa présence. Elle a le pouvoir et la douceur en même temps. Elle a de puissantes énergies sexuelles qui ne dépendent pas du physique.

Elle a un corps qu’elle adore et le montre, à sa façon dont elle vit confortablement et s’y déplace. Elle aime la beauté, la lumière et l’amour. C’est une mère pour tous les enfants. Elle coule avec la vie dans une grâce sans effort. Elle peut guérir avec un regard ou un touché de main.

Elle est farouchement sensuelle et courageusement érotique et s’engage dans le sexe comme sa façon de partager avec un autre en touchant le divin. Elle est compassion et sagesse. Elle est sourcier de vérité et se soucie profondément de quelque chose de plus grand qu’elle.

C’est une femme qui sait que son but dans la vie est d’atteindre plus haut et régner avec amour.

C’est une femme amoureuse. Elle sait que la joie est son destin et l’embrasse et le partage avec d’autres pour guérir les blessures.

C’est une femme qui est venue savoir que son partenaire est aussi tendre, perdue et effrayée comme elle l’a été parfois. Elle est venue comprendre les cicatrices du garçon en lui et sait qu’ensemble, l’amour peut être le soulagement, la guérison de leurs blessures. C’est une femme qui peut s’accepter comme elle est. Elle peut accepter l’autre comme il est.

Elle est capable de pardonner ses erreurs et de ne pas se sentir menacée par un autre, même lorsqu’elle est attaquée. C’est une femme qui peut demander de l’aide quand elle en a besoin ou donner de l’aide quand on lui demande. Elle respecte les limites, la sienne et celles des autres. Elle voit le Divin, la Source dans les yeux de l’autre. Elle peut voir la Source toute seule. Elle voit le Divin dans toutes les situations de vie. C’est une femme qui prend la responsabilité de tout ce qu’elle crée dans sa vie. C’est une femme qui soutient et donne totalement. C’est une déesse.

LORSQUE L’ÂME PREND CHAIR

 

Le corps humain est le véhicule qu’a choisi l’âme, pour s’incarner sur Terre. La conception est dans un premier temps, et bien avant l’incarnation, le choix délibéré de trois âmes de se donner RDV à un moment clé de leur vie.  Chacune, en fonction de ce qu’elle est venue guérir, vivre pour croitre, évoluer, choisira le rôle qu’elle voudra jouer sur Terre. Le père, la mère, ou l’enfant. La femme est le réceptacle de la vie. La femme reçoit, elle est comme le berceau qui va accueillir cette âme, dans toute son entièreté.

L’homme donne sa semence. Pour ensemencer justement cette terre d’amour, ce berceau de vie. Cet homme et cette femme, ce sont donnés RDV pour laisser « l’âme agit » de la vie prendre chair.

Se souvenir que nous avons tous et toutes choisis de nous incarner avec ses parents là et dans ce corps d’enfant là… est une des choses les plus importantes, pour alléger le poids de nos pas sur le chemin que nous avons choisi d’emprunter.

Nul besoin de se faire la guerre, nul besoin de rejeter la faute sur l’autre, nul besoin de se revêtir du manteau de la victime, ou de celui du bourreau. Ce serait une insulte à la création de la Vie sur Terre, dans tous les domaines.

Accepter ce qui est. Tout ce que nous vivons au quotidien nous l’avons créé en partenariat avec d’autres âmes, pour éclairer les parties de nous-mêmes qui ne vibrait plus à la fréquence de l’amour.

Accueillir que l’empreinte du non amour de soi a besoin de temps, pour se diluer.

Agir en cherchant au plus profond de soi, la solution que nous sommes venus trouver pour guérir, croître et évoluer. Car elle existe indubitablement.

Valider ce processus des trois A : Accepter-Accueillir-Agir, afin d’avoir le courage, qui n’est rien d’autre que le « cœur qui agit » de retrouver l’unité, la complétude.

La complétude, c’est avoir la conscience complétement orientée vers la paix, l’amour, la joie, les retrouvailles intimes de notre nature originelle. De se choisir enfin!!! , car nous sommes Amour, avec un Grand A.

 

 

 

 

 

Animation créée par Silvio Falcinelli (renderingcg) et musique de Hans Zimmer & Lisa Gerrard.

 

LA COLERE

La colère est fondée sur une illusion, un mensonge que je fais à moi-même. Tant que je rejette ce qui est dans ma vie, c’est moi-même que je rejette.

ACCEPTER-ACCUEILLIR-VALIDER

  • J’accepte ce qui est.
  • J’accueille ce nœud corporel, et je lui laisse toute la place et le temps nécessaire à sa dilution.
  • Je valide ce processus dans la matière.

Tout ce qui a été expérimenté dans mon existence, dans ma vie, m’a amené davantage à ce que je suis, m’a amené davantage à gouter ma nature véritable. A qui pourrais-je encore en vouloir ?

Tout ce que j’ai vécu jusqu’à maintenant, n’a eu qu’un seul but : que je m’aime davantage, que je sois complète et totalement unie.

Je fais du mieux que je peux, je postule, je lance une action, pour ce qui résonne en moi. Le reste, la vie va se charger d’ouvrir les portes du champ des possibles.

Je me découvre à travers l’autre, mais aussi à travers mon environnement, à travers tout.

Au-delà du pardon, il y a la gratitude qui est l’antidote à la colère. Cette gratitude-là, vient de l’être et non de l’ego ou du mental, qui lui, dira toujours « oui mais… »

Sans amour, tout est vain.

QUAND LE BONHEUR FRAPPE A VOTRE PORTE

L’âme a besoin de l’ego pour vivre sa condition humaine, mais il ne doit en aucun cas être un frein à son évolution, sous peine de stagner, régresser ou tout simplement s’écrouler. L’ego, son rôle est de jouer avec la souffrance, en répétant les mêmes schémas. L’âme est venue guérir, grandir, en un mot évoluer.

Le bonheur arrive toujours à la bonne heure parce votre âme est prête à le recevoir. L’humain, lui, s’il n’est pas en alignement avec son âme, pourra rejeter, refuser, passer à côté de ce bonheur. Car face à ce bonheur, il aura la très grande responsabilité d’assumer les conséquences de son ouverture, de son rejet, ou de ses hésitations.

OUVERTURE  » une petite voix » pourrait lui susurrer à l’oreille :  » Ah enfin te voilà !!! je t’attendais depuis si longtemps, j’ai été patient, j’ai perdu patience aussi, quelques fois, mais je n’ai jamais perdu l’espoir ! Je savais que tu es étais là, tout prêt de moi… entre Bonheur, et sois le bienvenu dans ma vie !  »

REJET  » la petite voix » pourrait lui susurrer à l’oreille :  » oh ! c’est toi ! c’est bien toi ? je n’y crois pas. C’est trop beau pour être vrai ! Non ! non je ne suis pas prêt pour vivre ce bonheur. Ce n’est pas le moment, j’ai tellement de chose à faire, à gérer dans mon quotidien, je n’y arriverai pas. Repasse plus tard. »

HESITATIONS , ou encore « la petite voix » pourrait lui susurrer à l’oreille :  » Bonheur tu es là, devant moi !  Je t’ai rêvé si souvent. Rien que ta présence et je me sens en sécurité, aimé. Et pourtant, je me sens démuni, impuissant car je me suis tellement habitué à la souffrance, à être une victime que je ne sais pas si j’arriverai à te vivre, dans le respect, la bienveillance et la douceur. J’ai peur d’être trop dur avec toi, d’user des ruses de mon ego pour te rejeter de temps en temps, car j’ai peur de GRANDIR. J’ai peur de changer de costume, même si je ne me sens pas à mon aise dans le costume de la peur, du non amour de moi-même. J’essaie pourtant d’être libre et indépendant, mais assumer les conséquences de mes choix, c’est aussi cela GRANDIR et c’est difficile pour moi, et en même temps tu es là je ne peux pas te laisser filer, ce serait incohérent pour moi. Moi qui t’ai attendu si longtemps !!! »

Accueillir le Bonheur, pleinement, quand il se présente est une preuve d’alignement avec son âme, car elle est venue guérir, grandir, vivre dans la joie, et évoluer pour elle-même. Mais aussi pour la collectivité. Car les âmes sont dans le partage, la solidarité, le respect pour toutes vies, et elles sont AMOUR.